Taxi Driver

Publié le par Nacene

Première conversation, même si on ne peut pas tout à fait appeler ça une conversation. Le chauffeur de taxi, jeune, voulait absolument discuter. J’ai dit que j’étais français, et là, nous sommes parti dans un dialogue qu’on peut résumer ainsi « zidane, 98, coup de boule », avec des commentaires du type « hao » bien, comme en 98, ou « hen hao » très bien, le coup de boule de 2006. Il faisait de grands gestes, me répétait 10 fois (sans exagération) la même phrase en espérant que je comprenne, sans voir dans mes yeux le « laisse tomber mec je ne comprends rien de rien ».

Il s’est un peu calmé, il m’a dit que pékin c’était nul. Et là, j’ai commis une erreur, je voulais plus ou moins clore la « conversation » en disant qu’il n’y avait pas que pékin, que la chine était grande, contrairement à la France. Erreur, quelle erreur. J’avais lancé là les prémices d’un débat, d’une confrontation d’idées, d’une confrontation de deux visions du monde qui n’avaient rien à voir, pour ne pas dire qu’elles étaient totalement opposées.

Non protestât-t-il, pas du tout, la France est un pays très grand, pas aussi grand que la chine, mais c’est tout de même un pays très grand, nice, toulouse, marseille (je mettais à peu près 10s pour déchiffrer le nom de chaque ville, le mieux, c’était marseille, je crois que le mot qu’il prononçait ne commencait même pas par « m », et ne terminait pas par eille) et paris… paris bien sûr, paris saint germain. Très joli coin. Ah non, il parlait du PSG bien sûr. Il connaissait les villes avec des clubs importants, lyon, monaco « je sais c’est pas une ville mais il joue dans le championnat de France, allez expliquer que c’est une principauté en chinois vous » bordeaux. Il en connaissait un rayon sur les équipes françaises. La France, est donc un grand pays, puisqu’il y’a tellement de clubs de foot. Paris, ville des amoureux (j’ai compris car il mimait… très communicatif vous disais-je) enfin voilà, je n’ai pas bien compris ce qu’il faisait quand il passait son pied gauche par la fenêtre du conducteur (véridique) mais il communiquait beaucoup, s’énervait quand je ne comprenais pas quand il parlait de saint etienne (j’ai compris seulement après, quand je me suis repassé les équipes de L1 en tête… saint etienne qu’il prononçait d’une telle manière que ça aurait pu tout aussi bien être Saint-Ouen, saint-pierres ou saint sépulcre)

Ce n’était plus une course, c’était une virée. L’aventure au pied de l’immeuble, c’est aussi ça être en chine…

Publié dans Pékin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NacÚne 20/08/2006 11:28

toi tu me connais bien toi, je suis né avec des crampons aux pieds...

Armelle 19/08/2006 21:31

En voici un qui a l'oeil !Il a bien vu qu'il s'adressait à une star du foot !