Sans-Papiers Sans-Papiers, est-ce que j'ai une Gueule de Sans-Papiers?

Publié le par Nacene aime les sans-papiers (et les autres aussi)

En ce moment, je m'intéresse à un certain Bourdieu. Un sociologue dont j'avais évidemment entendu parlé, mais que je n'avais jamais lu. erreur, grande erreur, ses théories sur la violence symbolique ou sur les structures sociales de l'économie sont des plus intéressantes. Ce philosophe devenu sociologue a dénoncé la dérive lente vers le capitalisme, qui délie les liens, désolidarise, et finalement, pousse à reprocher à la personne seule les malheurs qui lui arrivent, sans que cela puisse être reproché à la société dans son ensmble.... hum hum, ça me rappelle une certaine politique.

Par exemple, on peut reprocher à une catégorie sociale, la montée de la violence (vraie ou supposée), sans que cela soit dû à la société dans son ensemble. Il y aurait vraiment beaucoup beaucoup de choses à dire, mais j'attends d'en avoir lu davanatage.

Je vous encourage d'ailleurs à faire un tour sur le net pour mieux connaitre bourdieu, et lire ce qu'il a écrit.

Par ailleurs, je lis beaucoup de choses sur les sans-papiers, et la politique de gestion par objectif chiffré. Oui, chaque préfécture à un nombre (1500 pour l'une, 1320 pour l'autre, etc) de sans-papiers à trouver et à expulser.

La dernière fois que j'ai entendu parlé de gestion des personnes par des nombres, avec des objectifs, c'était en lisant dans un livre d'histoire le courrier du responsable d'un centre d'extermination des juifs dans l'allemagne nazie : il se demandait alors comment changer le processus de production pour augmenter la productivité, ou, disait-il, le nombre d'unités!!! les unités, c'était des hommes, des femmes et des enfants, c'était des juifs...

Je ne traite pas Sarkozy de nazie, loin de là, mais la gestion avec des objectifs chiffrés me parait plus que contestable.

Au lieu de soumettre le pouvoir économique aux politiques (et donc aux peuples, dans les démocraties), on gère le politique comme l'économie.

Alors Calculons l'apport Financier des Expulsion des Sans-Papiers
Poussons la logique, j'aimerai connaitre le ROI (Return On Investment) des expulsions :

On prend l'ensemble des expulsés. On calcul en moyenne leur apport économique (s'il est négatif, car la personne était chaumeuse, ou positif, travailleur sans enfant).
Il faut calculer le cout aussi : traque recherche + détention + expulsion.

Cela nous donne ROI = AppE - CoutE - CoutPR

  • AppE= Apport économique (travail de l'expulsé et donc création de valeur)
  • CoutE = cout economique (s'il touchait des subventions, couverture médicale, enfants scolarisés, etc)
  • CoutPR = cout de procédure (nombre de personnel payé pour la recherche "policiers, fonctoinnaires du ministères de l'intérieur, juges, etc", cout de la détention (couts fixes "immobiliers, etc.", couts variables "nourritures, billets d'avion")

Un rapide aperçu du calcul, et on peut même donner des axes d'améliorations à la politique du gouvernement. M. le Ministre de l'Intérieur, commencez par les chômeurs, les malades, les familles avec enfants, vous augmenterez sensiblement le ROI. Les plus faibles d'abord, les autres si on a le temps...

LA, on pourra vraiment décider si ça vaut le coup, monsieur le Président. Ah non, pardon, j'oubliais. On protège l'identité national en faisant ça (mise en danger par les immigrés donc, comme votre serviteur, qui écrit ici meme ces quelques lignes). Et la protection de l'identité national n'a pas de prix, alors le ROI est forcément positif.

Vous avez raison, ce qu'on ne peut obtenir par les chiffres en leur faisant dire n'importe quoi, comme le fait si bien votre ministre de l'intérieur (épinglé dans cet article très intéressant), on peut toujours l'avoir par la rhétorique...d'ailleurs, par "patriotisme économique", nous pourrions tous dénoncer les sans-papiers, en prenant exemple sur cette belle délation (décidemment ça me rappelle encore la deuxième guerre, la guestapo, etc.)

C'est une politique absurde. On expulse. On dépense de l'argent pour expulser. Pourtant, ça ne protegera pas davantage l'identité national (qui n'est nullement menacée par moins de 1 millions de sans papiers). M le Président, votre politique accentue les cloisonnments (riches / pauvres, immigrés / Français, Athées / Religieux) et au lieu de dépenser de l'argent dans ce qui fait le liant de notre société, au lieu de donner des moyens à l'ECOLE qui m'a transmis ces mêmes valeurs que vous voulez défendre avec des matraques et des boucliers, vous lui retirer des profs.

Ah j'ai compris! EUREKA, vous avez pris les paroles d'Abraham Lincoln au premier degré quand il disait "Si vous pensez que l'éducation coute chere, essayez donc l'ignorance"! Vite, un volontaire parmi vous de suite à l'Elysée pour lui expliquer que Lincoln blaguais, que c'était une antiphrase


Des Mesures à vos Mesures
D'ailleurs, une des premières mesures fiscales de votre gouvernement était de baisser les impots (de 15 milliards!) ... pour les plus riches. alors exercice, prenez vos crayons :

Si Rachid et Mamadou sont sans papiers, si leurs dépenses en france avoisinnent les 12000 euros par an (référence smic), combien de Rachid et Mamadou la France peut faire vivre pendant 10 ans?
réponse : 1 250 000 (ça en fait des sans papiers!).

Mais vous avez raison, à bien y réfléchir, c'était mieux de donner aux riches. En plus souvent ils ont plus de goût!

Mais loin de me désespérer de mon pays, votre gouvernement me pousse chaque jour vers un peu plus de politique...
 

En attendant, voici les lettres de RESF adressées aux Ministres et au Président...



Articles Connexes :

Définition Wikipédia des Sans-papiers

Site d'informations et aides aux sans papiers de France

Informations sur les sans-papiers sur rue89.com

Le neo-Liberalisme et les Politiques Demissionnaires


 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Armellou 27/06/2008 21:09

Ces lettres sont à pleurer... de rage...

Nacene en Chine 01/07/2008 06:42


je ne te le fais pas dire ...