L'Avenir de la Presse Ecrite?

Publié le par Nacene en Chine


La presse écrite traverse une crise. Elle vend moins, et les gratuits comme le web prennent du terrain.

presse-francaise.JPGLa Spécialisation du Rôle de la Presse

La presse avait avant deux fonctions, une fonction de transmission de l’information « comme un canal », et une fonction d’analyse et de mise en perspective de l’information. Les deux métiers ont tendance à se séparer aujourd’hui, du fait de l’avènement des nouvelles technologies. Notre mode de consommation change. Nous consommons de l’information brute d’un coté (comme une sorte de veille), et des analyses de l’autre. C’est essentiellement sur la fonction veille et transmission de l’information brute que la presse est chahutée. 

Les Nouveaux Concurrents de la Presse

Les blogs, les forums, les newsgroups, les mailinglists, le gratuits, sont autant de vecteurs de cette information brute. Ils viennent marcher sur les plates-bandes de cette presse écrite, alors qu’il y a peu il y avait une barrière de protection naturelle de cette espace, car pour être un vecteur d’information, il faut d’abord avoir un canal. Il y a pléthore de canaux bons marchés.

Où va ma Presse?

Il y’a aussi un temps d’adaptation nécessaire à ces nouvelles technologies, pour à la fois inventer le modèle économique adéquat et transformer le potentiel des possibilités en production effective. Que peut-on faire avec internet ? et surtout, qu’est ce qui est utile et qu’est ce qui ne l’est pas ? Rue89 et Arrêt sur Image tentent de trouver une nouvelle formule pour conjuguer le journalisme au temps du web. Libé aussi avec Ecrans, LeMonde avec lepost, et les deux hébergent des blogs. Ça tâtonne mais ça viendra.

Il y a un problème de formation aussi. Mais ils apprendront à écrire pour le web comme ils ont appris à écrire pour la télé et la radio. (et comme je l'apprends pour les blogs :o)

Rien ne Presse

Je pense qu’il y a tout de même un problème dans la réponse apportée aujourd’hui. A quelque rares exceptions, la presse mise sur le mauvais cheval en essayant de battre ses concurrents sur la veille et la diffusion de l’information.  Or, c’est un autre métier, qui ne nécessite pas les mêmes compétences et n’a pas la même plus value. 

Un journaliste est d’abord un analyste, une personne cultivée, qui sait mettre en perspective, qui sait analyser l’épiphénomène pour l’inscrire dans un contexte, pour lui donner sa dimension « réelle ». C’est aussi un homme ou une femme indigné, qui n’a pas la même tonalité qu’une dépêche afp. Il vend de la matière grise. Il vend une information qu’il a triturée, malaxée, essorée, mixée, pour la faire parler  et finalement, c’est ça que l’on achète, c’est ça que l’on paie.


_________________________________________________________________________________
Articles Connexes :

1) Sociologie et Frontières des Blogs

Publié dans Nacene

Commenter cet article

GZLaowai 10/01/2008 09:37

[quote]Un journaliste est d’abord un analyste, une personne cultivée, qui sait mettre en perspective, qui sait analyser l’épiphénomène pour l’inscrire dans un contexte, pour lui donner sa dimension « réelle ». C’est aussi un homme ou une femme indigné, qui n’a pas la même tonalité qu’une dépêche afp. Il vend de la matière grise. Il vend une information qu’il a triturée, malaxée, essorée, mixée, pour la faire parler et finalement, c’est ça que l’on achète, c’est ça que l’on paie.[/quote]

Ben oui, mais c'est peut-être aussi là que se trouve une partie du problème.
Parce que fournir des analyses, de la mise en perspective, de l'inscription dans le contexte, hélas je n'en ai pas vu beaucoup ces dernières années...
Nous vivons de plus en plus dans un monde de l'éphémère, un monde où il ne faut surtout pas chercher à faire réfléchir les lecteurs parce que de toute façon ils décrochent vite, très vite, habitués qu'ils sont au zapping télévisuel...

As-tu remarqué comme il est difficile de conserver l'attention de beaucoup de personnes sur un sujet précis, comme la plupart n'écoutent même plus lorsque tu essaies de développer un argumentaire, comme tant disent eux-mêmes réagir "avec leurs tripes" plutôt qu'avec leur cerveau...

On voit bien comment la presse d'ailleurs préfère s'attarder sur des sujets "people" plutôt que sur des sujets de fond... Il faut attirer le chaland, assurer des ventes...

Quelques photos chocs ou des révélations croustillantes font plus recette qu'une aride analyse économique des conséquences de telle ou telle décision ou orientation...

Que la presse mise effectivement sur le mauvais cheval, je ne peux que te suivre là-dessus.
Mais a-t-elle le choix si elle veut survivre à court terme?
A long terme, il est certain qu'avec les NTIC il est nécessaire que la presse se réinvente... mais peut-être pour un autre public?

lem 09/01/2008 19:56

ta concurrence leurs fait aussi du tort ^-^