Coupable

Publié le par Nacene

Je le confesse, monsieur le juge. Je n’en suis pas fier, mais avais je seulement le choix. La procédure était claire, et bien que cela soit cruel, je ne le sais que trop, j’étais dans l’obligation de la suivre. Elle était précise et m’enjoignait de procéder de la sorte. Ni pitié ni compassion. Il était d’ailleurs précisé que l’on devait procéder en silence, comme pour mieux contraindre et briser la victime en lui refusant même le droit d’exprimer sa souffrance.
 
Et qu’elle ne fut pas la mienne de le voir ainsi écarteler, n’étant même plus l’ombre de ce qu’il était. Redevenant poussière sous une pluie incessante de coups. Gémissant à peine, tant il savait son sort jeté, comme si, cessant de lutter pour survivre, il voulait en finir au plus tôt.
 
La vie est cruelle, c’est elle qu’il faut blâmer. Elle joue des mauvais tours à ceux qui cherchent à filer droit. Ne me dites pas que c’est le hasard, puisqu’elle nous fait faire précisément ce que nous avons en horreur. Oui, j’ai dû, car il faut protéger les données, détruire au marteau de vieux et innocents disques durs. Je le confesse mais ne saurait m’en absoudre...

Publié dans Vienne - Autriche

Commenter cet article

Marionnette 13/01/2006 11:46

ha bah non, fo rajouter la chambre du gamin maintenant.... ;op

Armellou 22/12/2005 14:29

Il ne me reste que les meubles à poser alors poupounne...

NacÚne 22/12/2005 13:04

et de l'enduit, des pinceaux, aller, qu'est ce que tu fais là, va finir la cuisine :o)

Armellou 22/12/2005 10:09

Ahhhh, tu reviens à la mécanique. Je savais bien que l'informatique n'était qu'une passade...
Rien de mieux qu'un bon marteau !

NacÚne 22/12/2005 09:08

mais moi non plus, moi non plus...