Le Choc Culturel, une Drogue Dure

Publié le par Nacene en Chine



Plus je vois d'expats, et plus je me dis que le choc culturel peut devenir une drogue. On part à la recherche de cette sensation forte. Un peu comme d'autre sont fous de sauts en parachute, tu aimes te jeter là où tu n'as rien à faire, juste pour l'adrénaline. Tu survis dans ce milieu hostile, tu repousses tes limites, tu fais un effort à la fois physique et mental pour t'adapter, manger ce que tu n'aurais pas manger, t'en sortir dans ce hall de gare bondé, ou rien ni personne n'est là pour te tendre la main. La découverte et l'aventure au bout de la rue, c'est stimulant, c'est même grisant.

Comme avec une drogue, il te faut ton shoot, mais il t'en faut de plus en plus souvent, et de plus en plus fort. La dose de la veille ne suffit plus, on connaît la sensation, il faut aller plus loin. Plus loin pour moi, c'était la Chine après l'Autriche. L'envie de parcourir le monde, de connaître tout, d'aller le plus loin possible de ce que nous sommes, pour voir comment c'est ailleurs, ouvrir de nouvelles portes, voir avec des yeux différents, un regard qu'on ne (se?) soupçonnait pas. Et puis soudain, Eureka, j'ai compris, je comprends ce que veut dire ce chauffeur de taxi, je comprends ce que veut dire ce vendeur ambulant. Je comprends le regard qu'il jette sur leurs traditions, sur leur bout de terre, sur le monde.

Rassasié? Loin de là. J'en veux encore, j'ai encore soif, j'en veux davantage. Et si ce qu'il me restait à découvrir était beaucoup plus important que ce que j'avais déjà vu? Je n'en peux plus, je stresse, je me gratte, vite, il me faut mon fixe. De l'exotisme en poudre, en concentré, je prends tout ce que vous avez, du moment que je peux me piquer. Ça va me calmer...pour un temps...



ps: (Photo prise à Bangkok, Septembre 2007)
________________________________________________________________________________________
Articles Connexes :
Team Building avec des Chinois, Bonjour les Dégâts



Publié dans Pékin

Commenter cet article

arnauld 13/11/2007 06:48

@ ma, tu as ete en face d un char d assaut et d un m16 ?? ou ca ? militaire ?

Mira 12/11/2007 21:46

Waw!! Comme un effet miroir en lisant Armellou: mes précédentes vacances étaient en Corse (bon, 3 jours, mais tellement bien qu'on aurait dit +), et les prochaines en... Italie! :o)
Et l'effet miroir ne s'arrête pas là!!

Bref, c'est sûr, ça doit être très excitant tout le temps, mais avec des moments quand même où le manque de repères se fait davantage sentir comme un inconfort "inconfortable" que comme un inconfort "stimulant", non?
Le blues, tu connais?

ma 12/11/2007 21:24

J'ai eu le même grisement à chaque arrivée dans un pays, j'en voulais toujours plus, toujours plus de sensation, mettre les pieds dans des endroits où je n'ai plus de repère. Mais le jour où j'ai fait fasse à un char d'assaut et à un M16 j'ai dit stop ce n'est plus pour moi. On est bien en France, c'est tranquille, même si des fois cela me manque.

Nacene blog en Chine 12/11/2007 11:40

armellou/ quand tu me parles, tu me fais peur... :o)

Gael/ je suis d'accord avec toi, mais je pense qu'il y en a plusieurs, un premier quand tu arrives, puis deux ou trois après... mais le premier choc à l'arrivé existe aussi. mais en tant que touriste, tu n'as pas besoin de t'adapter, en tant qu'expat, si, sinon tu ne découvres pas le pays et tu le vis mal :o)

Arnauld/ la langue en elle meme est source de différence culturelle, tu apprends les raisonnement, et tu comprends pas pourquoi ils utilisent "ça" comme "ça" et pas comme "ça"...

sinon, beaucoup de gens partent en pensant revenir, et finalement devienne accro, et ne reviennent jamais (que pour des vacances), d'ou ma comparaison avec une drogue...

arnauld 12/11/2007 08:33

fais comme moi. J'ai arrete d'apprendre le chinois. Donc le choc culturel m'est quotidien vu que je ne comprends rien :-)